Au jardin

Pendant les mois d’été, nous prenons un plaisir particulier à passer du temps à l’exterieur. Si ici, la chaleur de la mi-journée agresse les plus téméraires, la douceur du début et de la fin de journée est très agréable. C’est dans ces moments que les possesseurs de jardin apprécient le plus ce lieu qu’ils entretiennent tout au long de l’année.

Dès l’origine l’homme a connu ce lieu de repos. Pourtant ce premier jardin n’était pas une œuvre humaine. En effet, l’Eternel Dieu planta un jardin en Eden…, et Il y mit l’homme qu’Il avait formé (Ge 2/8). Et, à juste titre, on a coutume de dire que cet Eden était un paradis terrestre. Pourtant, ce premier homme, souilla ce lieu en péchant, c’est-à-dire simplement en désobéissant aux recommandations du Créateur.

Pourtant ce que Dieu demandait à l’homme était simple : cultiver le jardin, le garder et, avoir des enfants. Adam et Eve ne firent rien de tout cela : ils n’eurent des enfants qu’après avoir été chassés de ce lieu merveilleux ; ils laissèrent le diable s’immiscer dans leur jardin ; et ils ne furent pas assez appliqués dans l’entretien du jardin et passèrent à côté de l’arbre de la vie placé en son milieu.
Pourtant le Seigneur était là tous les soirs, mais rien n’y faisait, l’homme restait léger et la conséquence fut le péché qui entraîna la séparation d’avec Dieu. La sainteté de Dieu et Sa justice ne peuvent pas tolérer ce qui est contraire à Ses principes.

Si le Seigneur désirait que l’homme bénéficie d’un lieu de délice et de repos, nos penchants nous en ont éloigné. Et, avec un minimum d’objectivité, nous pouvons bien reconnaître que régulièrement, nous sommes loin des exigences divines.

Vous n’avez aucune notion, ni aucune connaissance de ce que Dieu désire ?

C’est sûrement vrai, mais n’avez-vous jamais été mal à l’aise à cause d’actes pas très droits, ou inique en vous permettant ce que vous n’acceptez pas chez les autres,… Dieu est juste et Sa justice dépasse de loin nos capacités fussent-elles très grandes. Personne ne peut échapper à la condamnation, oui, devant le Créateur, tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Ro 3/23).
Ne pas être privé de la gloire de Dieu, c’est accéder à ce que le Seigneur avait initialement réservé à l’homme, c’est-à-dire : vivre en Sa présence, bénéficier de Son attention, de ses bienfaits et de Son repos.

Le Créateur n’a jamais été injuste, et s’Il nous a toujours voulu libre, Il n’a jamais voulu notre perte. Et c’est encore dans un jardin qu’Il a montré son amour pour nous tout en honorant Sa justice. Géthsémané fut le jardin qui vit notre rédemption.
Le soir où Il fut livré, Jésus y alla selon sa coutume (Luc 22/39) et fut soumis au plus grand de tous les combats humains.

Là, le Christ, pur et saint, pris sur Lui notre péché. Oui, cette nature humaine qui nous éloigne, malgré nous des exigences de Dieu, connut en Christ, le plus terrible des combats.

Jésus ne redoutait ni l’incarcération, ni l’injustice, ni la violence, ni la souffrance de la croix, Il connaissait Sa mission, c’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : … Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit : voici, je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté (Hé 10/5…7)

Et c’est à la croix que Christ finit d’accomplir notre réconciliation avec Dieu. Il nous a réouvert l’accès au Père afin de nous voir bénéficier de Sa présence, de Son repos, de Ses promesses et de la vie éternelle.
Cela vous semble trop simple. Que votre cœur ne se trouble point.
Vous voulez le vérifier : Croyez en Dieu et croyez en Christ (Jn 14/1), Il agira !