Au temps de l’épreuve

Il est des moments dans la vie, où l’on a besoin de soutien. Dans ces circonstances, il est agréable de trouver des amis sur qui compter. C’était le cas de Job.

Trois de ses amis sont venus le visiter alors qu’il était dans une ’’très mauvaise passe’’ : drames familiaux, lourds problèmes financiers, couple au bord de la rupture, et, comme pour couronner le tout, Job était malade.
Bref, cet homme reconnu de tous comme juste et bon, se trouvait malmené sur tous les plans. Que ce soit sur les plans affectif, psychologique, financier et physique, rien ne pouvait lui donner de la sérénité.
Malgré tout cela, ses amis sont venus le voir, certes, ils ont été surpris, mais ils sont restés. Pendant sept jours, ils ont pris du temps avec Job, juste pour le soutenir et lui montrer qu’ils étaient là et qu’on pouvait compter sur eux.
Seulement, après ce temps, ils ont voulu aller plus loin, ils ont voulu aider Job.

Le premier à parler est le genre de conseiller qui a tout vécu. Fort de ses expériences humaines, il donne les bons conseils pour continuer à avancer.
Le deuxième, quant à lui fonde sa pensée sur un compromis mêlant la tradition sociale et la tradition religieuse.
Le troisième sait tout. Il pense connaître les plans de Dieu et se sent même capable de dévoiler les pensées du Créateur.

Ces trois amis, s’ils sont pleins de bonne volonté, manquent sérieusement de sagesse. En effet, ils n’ont fait que culpabiliser Job déjà en situation critique.
Il est évident qu’ils veulent trouver une solution au problème de leur ami, mais leurs propos montrent leur impuissance et leur méconnaissance de Dieu. Ils savent que Dieu existe et qu’Il règne, mais ils n’ont pas compris Sa volonté : « …amener à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés » (Hé 10/14). Les sanctifiés sont ceux qui ont su mettre leur confiance en Dieu et qui, avec Son aide, respectent Sa volonté. Certes, l’homme n’atteindra la perfection qu’auprès de Lui, mais y tendre dès maintenant est Sa volonté.

Même si ses amis ne l’ont pas réconforté, Job n’a rien attribué d’injuste à Dieu, car il savait non seulement que ce n’est pas volontiers que Dieu humilie et qu’Il afflige, et que lorsqu’Il afflige, Il a compassion selon sa grande miséricorde (Lam 3/32-33).

La compassion de Dieu est au-delà de tout ce que nous pouvons éprouver ou manifester. Les trois amis de Job ont éprouver de la miséricorde pour leur ami durement toucher, mais que pouvaient-ils faire face à la perte d’enfants, à la ruine, devant une épouse qui rejette son mari ou confronté à une maladie incurable ?

Comme vous, comme moi, ils ne pouvaient rien faire !
Par contre, Dieu a agit :
Job a été guéri, il a été béni dans ses richesses, son foyer a été reconstruit et de nouveaux enfants sont venus l’illuminer, mais surtout, Job a pu dire à Dieu : Mon oreille avait entendu parler de toi; Mais maintenant mon oeil t‘a vu (Job 42/5).

Dieu n’aime pas voir l’homme affligé, mais Il sait que nos afflictions d’aujourd’hui, fussent-elles atroces, ne sont rien à côté de l’enfer.

Comme pour Job, réalisez que ce que vous vivez n’a qu’un seul but : reconnaître que vous avez besoin de Dieu et de Sa grâce. Je ne sais pas ce que le Seigneur a en réservé pour vous, mais vous pouvez être certains que le Seigneur sait délivrer de l’épreuve ceux qui lui sont attachés (2Pi 2/9).

Regardez, observez autour de vous… !
Tout cela provient-il du hasard ?

Ouvrez votre cœur, reconnaissez votre péché et votre besoin de Sa grâce !
Dieu a des plans formidables pour vous et pour les vôtres !