Des vues humaines

Croire est, je le concède, quelque chose d’assez spécial. D’autant plus que lorsqu’on parle de foi, viennent se mêler toute sorte de représentations ayant pour racines les diverses religions véhiculées par nos sociétés.

Malgré nos traditions et ce que nous croyons savoir, la seule chose que dit la Bible à propos de religion, c’est que la religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde (Ja 1/27).

Que faut-il penser alors ?
Simplement qu’il y a eu détournement des choses de Dieu. Parce que la foi est simple et accessible à tous, ce qui est de Dieu a été détourné afin de mieux être contrôlé. Cela intéresse certaines personnes qui n’ont pas des dispositions bienveillantes (Ph 1/15), mais aussi le diable qui souhaite le malheur d’un maximum.

Personne n’est à l’abri de ces dérives. Le roi David, qui fut un grand homme de Dieu tomba dans ce piège lorsqu’il voulut faire venir l’arche de Dieu à Jérusalem.
Son désir comme ses motivations étaient bons, mais sa manière de faire, ne l’était pas. Car ici, David fit ce qui lui paraissait le mieux.
Or, devant Dieu, un cœur sincère ne suffit pas. Si la sincérité est importante, elle reste conditionnée par l’obéissance.
Près de la mer rouge, Moïse voyait bien qu’il était dirigé dans un cul-de-sac ; pourtant il se soumit et permit à Dieu d’accomplir ce que personne n’aurait pu imaginer.

Contrairement à Moïse, ici, David ne chercha pas la volonté de Dieu. En effet, il fit confiance en ce qu’il trouvait bien et bon. Certes le char et le faste déployés devaient être magnifiques, mais qui cela honorait-il, Dieu ou David ?
La réponse fut immédiate lorsque l’arche menaça de tomber. Bien que retenue par un homme, Uzza, la colère de l’Eternel s’enflamma…, et l’Eternel le frappa parce qu’il avait étendu la main sur l’arche. Uzza mourut là, devant Dieu (1chr 13/10).
Le roi David ne comprit d’abord pas les choses, et même il fut irrité de ce que l’Eternel avait frappé Uzza d’un tel châtiment… A tel point que David eut peur de Dieu (1Chr 13/11-12).
Si comme David, cette réaction de Dieu vous parait disproportionnée, c’est que vous connaissez mal le Seigneur.

Le sort d’Uzza est celui qui est réservé à tous ceux qui mènent leur vie à leur guise, en espérant que leur sincérité suffira au jour du jugement.
La sévérité et la fulgurance de la sanction manifestent l’impossibilité de voir le pécheur se trouver en contact avec la sainteté de Dieu.

Parce qu’il se ressaisit, David considéra par la suite les plans de Dieu avant les siens. Ainsi, il fit porter l’arche par les lévites, hommes purs et consacrés. Là, tous furent dans la joie et Dieu bénit.

La vie est à l’image de cette histoire de l’Ancien Testament.
Quand on observe les hommes, chacun cherche à être bon et à faire du bien. Parfois on y arrive, parfois non, mais sans être fondé en Christ Dieu, nos petites manières n’ont guère plus de valeur que celles d’Uzza.

Autant Dieu châtie avec une grande violence, autant Il est miséricordieux et attentionné pour tous ceux qui Le craignent. Bien qu’il ait mis un peu de temps, David a compris cette crainte nécessaire de Dieu. Où en êtes-vous ?
Il y a un peu moins de 2000 ans, c’est avec la même farouche volonté, qu’Il envoya Son Fils unique purifier par la foi ceux qui se confient en Lui.

Il n’y a plus de rites, il n’y a plus de faites ceci ou cela, bref de choses faussées par les hommes.

Il y a simplement vous et Christ.

Souvent Ses choix ne sont pas les nôtres, mais nous pouvons attester qu’ils sont merveilleux.

Pour le châtiment ou la bénédiction, tôt ou tard, Dieu Se manifestera dans votre vie.

Moïse a vu la puissance se déployer pour son salut, David l’a vu pour sa bénédiction et vous…, sera-ce pour les mêmes grâces ?