Dur ou confiant

Depuis la nuit des temps l’homme achète et vend.
Tout se vend et tout s’achète proclament même certains, ramenant ainsi à un quelconque prix, la vertu, la fidélité, la conviction,…, et même la vie.

Quelle que soit la manière dont on aborde le sujet, nous pouvons nous rendre compte combien, aujourd’hui, nous ne pouvons échapper à cette façon de faire, tant ces valeurs, fussent-elles iniques, imprègnent notre société.

Avec ou sans tort, dédommagement semble être le maître mot dans certaines bouches, ce qui se traduit par une abondance de procès en tout genre.

Cette volonté de s’enrichir à moindre frais sur les circonstances manifeste l’amertume et la dureté que peuvent atteindre un cœur sali. Pourtant, nos vies ne sont pas irréprochables !

Toutes ces choses, parfois invisibles, sont celles qui meurtrissent durablement le cœur de l’homme.

Parce que Dieu sait tout cela, Il annonce que les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles (2Cor 4/18).

La confiance n’a pas de prix.

Mais en qui pouvons-nous avoir confiance quand les couples pensent au divorce en organisant leur mariage, quand les gens espèrent recevoir avant de donner ou lorsque les valeurs changent au gré des modes ?

Où sont la constance et la fidélité nécessaires à une vie épanouie ?

Alors qu’il était atteint d’une maladie grave, les médecins d’Alexandre le Grand n’arrivaient pas à le guérir. Ses souffrances étaient atroces et personne ne parvenait à les calmer.

Cependant, un médecin avança qu’il pouvait guérir ce mal. Avec l’aval du roi, ce médecin préparait son remède lorsqu’on amena au souverain un message disant que ce docteur cherche en réalité à l’empoisonner.

Alexandre prit la lettre et la mit à son chevet. Quand le médecin vint avec la préparation, il la but dans le calme, tout en remettant la missive à son docteur.
Quelques jours plus tard, Alexandre put se lever et recouvrer la santé.

Ce n’est pas seulement à cause de la perspicacité de son médecin que le roi fut guérit, mais bien parce qu’il sut lui faire confiance malgré la calomnie.

Sommes-nous comme ce roi ?

Je n’en ai pas l’impression, pourtant Jésus est ce médecin infaillible qui guérit tous les malades (Mt 8/16 ; 12/15).

Le problème ne réside donc ni dans la compétence, ni dans le savoir du Christ ressuscité. Mais bien dans notre confiance.

C’est vrai que nous recevons de nombreuses missives calomnieuses au sujet de Dieu.
Qu’en faisons-nous ?

Les garde-t-on sans rien faire pour douter, en laissant se dégrader les choses ou comme Alexandre, les remet-on à celui qui vient dans la paix pour nous guérir ?

Ne faut-il pas un certain courage pour cela ?

Quels que soient les temps, les circonstances et les maux, Jésus est capable d’agir.
Pour cela, Il a besoin que vous lui fassiez confiance.

Remettez-Lui vos doutes, sur Sa vie et Sa fidélité ! En même temps, comme ce roi prenez la Bible, Sa Parole, Son remède.

Vous n’avez besoin que de Sa présence pour prendre conscience de Sa réalité et de sa volonté de guérir en premier votre cœur.

Pour vous et parce qu’Il vous aime, prenez ce temps pour chercher Dieu !