“Es-tu des nôtres ou de nos ennemis ?”

C’est la question que posa Josué lorsque, devant la ville de Jéricho, il se trouva devant quelqu’un tenant une épée sortie de son fourreau.
Pourtant prêt à la guerre, Josué aurait du se défendre, mais quelque chose le retenait, parce que cet individu n’était pas comme les autres : il était le chef de l’armée de Dieu.

Ce face à face était inédit : Josué, chef du peuple de Dieu, face au chef de l’armée de Dieu ayant pris pour l’occasion l’aspect d’un homme.

Si Josué était en guerre pour conquérir le pays, visiblement le chef de l’armée ne l’était pas, et lorsque Josué demanda « Es-tu des nôtres ou de nos ennemis ? » Il répondit : « NON… » à la question de l’homme de Dieu (Jos 5/13-14).

Non…, Dieu n’est pas en guerre contre les hommes !
D’ailleurs quel but poursuivrait-Il en combattant un adversaire si faible ?

Sa volonté n’est ni de maltraiter les uns ou les autres, ni de favoriser untel ; mais parce qu’Il est juste et bon, Il désire bénir chacun.

Certes, les villes conquises par Josué et son armée ont été anéanties, mais Dieu avait attendu au maximum, car le Seigneur… use de patience envers tous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance (2Pi 3/9).

De l’adultère à la débauche, de l’ivrognerie à la violence et au meurtre, sans parler des viols, des sauvageries diverses et des sacrifices d’enfants, voilà ce que Dieu n’espérait pas voir chez les hommes. Mais arrivé à ce stade, l’horreur a eu raison de Sa patience. C’est pourquoi, le Seigneur constate : « Ils ont bâti des hauts lieux… pour brûler leurs enfants au feu en holocaustes à Baal : ce que je n’avais ni ordonné ni prescrit, ce qui ne m’était point venu à la pensée » (Jé 19/5).

Devant ces horreurs, Dieu a dit « Stop ! » Parce qu’Il ne pouvait en supporter plus. Mais lorsqu’on considère ce que font encore aujourd’hui les hommes : les choses ont-elles changées ?

Les informations que nous recevons semblent confirmer que l’homme ne s’est pas arrangé. Et si on n’égorge plus d’enfants devant une statue, combien de parents placent leur progéniture sur l’autel de la réussite ou des plaisirs ?
Sachez, chers lecteurs, que si Dieu n’a pas apprécié les morts, Il n’aime pas plus voir les innocents meurtris.

Comme cette conquête est un jugement de Dieu sur un pays, au terme de Sa patience Jésus-Christ reviendra aussi pour juger.
Parce qu’Il vous aime, Dieu veut vous soustraire à ce jugement. Mais parce qu’Il est juste, justice doit être faite.
Qui n’a jamais péché,… !
Parce qu’il n’est pas possible de rester pur toute une vie, Dieu a envoyé Son Fils unique.

Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est demeuré sans aucun péché afin d’offrir Sa vie en rançon.
Parce qu’Il est plus qu’un homme, Son sacrifice a servi aussi pour les apôtres, pour des millions de chrétiens et peut encore servir pour vous.

Christ peut le faire car Il est ressuscité et Il règne. Il ne veut pas vous obliger, mais il vous encourage : Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira (Luc 11/9).

N’hésitez pas, le temps est court !