Être témoin

La vie nous conduit parfois dans des lieux, dans des endroits où nos sens sont flattés.

Mais imaginons nous abasourdi par la beauté d’un paysage, quels moyens avons-nous pour faire partager notre émoi à un ami aveugle de naissance ?
On peut décrire la végétation, le relief, la luminosité, les nuances de couleurs,… malgré toutes nos précisions, arrivera-t-il à apprécier le décor correctement ?
Malgré toute l’imagination dont sont dotés nos amis malvoyants, je crois qu’il est difficile pour eux d’apprécier comme nous les images qui se présentent à nos yeux.

Si nous n’avons pas développé, comme les malvoyants, nos capacités de visualisation, nous sommes parfois confrontés aux souvenirs de vacances de nos proches. Ils sont merveilleux pour ces derniers, mais si nous sommes heureux pour eux, cette joie se mêle à un sentiment de lassitude, car nous n’arrivons pas vraiment, comme eux, à apprécier les choses à leur juste valeur.

Ce décalage qui existe entre celui qui voit et vit les choses et un auditeur est du même type que celui qui se trouve entre un chrétien et quelqu’un qui n’a pas réalisé l’œuvre de Christ. On aura beau en parler, notre interlocuteur ne saisira pas les choses à leur juste valeur.

Comme dans ces cas, savoir que Dieu existe est bien, mais les vivre en est une autre. Après avoir été façonné par le Seigneur, Job pouvait s’écrier : « Mon oreille avait entendu parler de toi; Mais maintenant mon oeil t’a vu » (Job 42/3).
Les Evangiles racontent le recouvrement de la vue par de nombreux aveugles, Jésus n’a pas accompli ces miracles par hasard, ils traduisent la volonté de Dieu d’ouvrir les yeux aux hommes et de leur permettre de comprendre la réalité des choses. C’est-à-dire qu’Il contrôle tout et qu’Il nous aime.
Comment voir ?
On pourrait dire : en ouvrant les yeux de son cœur.
Considérons la vie dans ce monde, les apparences sont trompeuses : la technique progresse chaque jour, l’abondance règne, beaucoup de progrès sont faits, mais l’homme continue de naître, de manger, de dormir, de travailler, de chercher l’amour,… pour enfin mourir. Bref, si la vie est aujourd’hui confortable, depuis l’origine l’homme a les mêmes besoins et les mêmes problèmes.

Voir avec son cœur, c’est être témoin.
Seul Dieu peut faire d’un homme ou d’une femme Son témoin. C’est ce que Jésus est venu accomplir à la croix. Christ y est mort, mais bien plus, Il est ressuscité, Il est à la droite de Dieu. Oui, Jésus règne et Il nous envoie Son Esprit, car c’est par le Saint-Esprit … qu’Il rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu (Ro 8/16).

Comme un père rassure dès qu’il le peut son enfant, Dieu révèle aux siens leur destinée divine.

Parce que nous savons quelque part que l’âme est éternelle, faire face à la mort est sûrement l’épreuve la plus difficile qu’il soit donné à l’homme d’affronter.

Un peu comme le père qui prend la main de son enfant parce qu’il a peur, le Seigneur souhaite manifester Sa présence auprès des siens pour les rassurer et les bénir.

Nous ne connaissons vos circonstances, mais quelles qu’elles soient, Jésus a aussi porté votre péché à la croix. S’Il est mort pour moi, Il est aussi mort pour vous.
Son sacrifice n’a pas de prix.
Mais parce qu’il aime le pécheur, Il vous offre gratuitement Sa victoire.
C’est par Son Esprit qu’Il veut vous donner Son assurance, Sa paix et Sa joie. C’est le Saint-Esprit qui vous éclairera et qui fera de vous une nouvelle créature.

Demandez-Lui, faites-Lui confiance et découvrez ce qu’Il a fait pour vous dans les Evangiles.