Je suis passionné…

Avoir une passion c’est avoir quelque chose à soi, quelque chose de personnel et d’intime.
Mais si beaucoup ont leur trésor personnel, moins nombreux sont ceux qui sont réellement fortunés.

Nous pouvons constater que l’on peut se passionner pour beaucoup de choses : les objets, l’art, les personnalités, les enfants ou même le conjoint, et j’en oublie encore beaucoup. Mais quelle qu’elle soit, une passion occupe une vie, prend du temps, et mobilise une énergie non négligeable.

Cependant, si toutes ces choses ont été ou sont toujours marquantes, chacun doit veiller à avoir une vie équilibrée.

En effet, les évènements se précipitent tellement vite aujourd’hui, que l’on est plus sûr de rien.
On collectionne un jour et on s’arrête plus tard ; on supporte un moment, et, circonstances de vie obligent, on s’arrête le lendemain ; les familles quant à elles se composent, se décomposent, se recomposent ; les enfants veulent de plus en plus jeunes « faire leur vie » ;…

« Tout s’en va ! » diront les défaitistes

Mais plus sérieusement, nous pouvons constater que peu de choses demeurent fiables, quand à soi-même… !

Dans sa grande sagesse, Dieu nous prévient de veiller sur notre équilibre de vie lorsqu’il précise que là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur (Luc 12/34).

Parce qu’ils font partis de notre vie personnelle, Dieu ne veut pas nous enlever ce que nous aimons, mais ce qu’Il désire c’est de mieux nous organiser pour une vie meilleure, plus profonde, une vie tellement abondante qu’elle aura des répercussions éternelles.

C’est un peu comme cette anecdote qui est arrivée à un fermier canadien de la fin du XIXème siècle.

Alors qu’il vivait dans un endroit très reculé, notre homme vit un jour, au magasin où il se ravitaillait, des sortes de poires éblouissantes à la place des grosses lampes à pétrole. Intrigué, il se renseigna et réalisa que c’était la fin des allumettes et de ces lampes à pétrole qui donnaient une clarté rougeâtre, il suffirait désormais d’appuyer sur un simple bouton pour tout illuminer.

Admiratif, il acheta de ces poires miraculeuses avec tout le matériel nécessaire à l’installation. Avec, on lui vendit alors des fils et des interrupteurs. Dès son arrivée chez lui, il se mit à l’ouvrage et installa le tout :
fils, interrupteurs et ampoules.

Puis, impatient et plein d’enthousiasme il appuya sur le bouton… Mais rien !
Tout était bien fait, tout était là, sauf l’essentiel : l’électricité.

Pleine de passions, de souvenirs, de richesses, votre vie n’est-elle pas comme cette belle installation à laquelle il manque l’essentiel ?

Jésus-Christ seul a cette énergie capable d’éclairer les vies, car sa lumière est la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme (Jn 1/9), et toute vie.

Travailler ardemment, amasser de grandes collections, supporter une équipe avec acharnement, chérir les siens avec un grand zèle, …

Si cela n’est pas mal, ne fait après réflexion que nous permettre d’éviter de nous retrouver face à ce que nous sommes seul ; seul face à nos appréhensions, à nos besoins, à nos joies et à nos peines.

Pourtant nous ne pouvons nous soustraire longtemps, et tôt ou tard, nous aurons tous besoin d’y voir pour avancer, non seulement à titre personnel, mais aussi pour ceux que nous aimons parce qu’ils comptent sur nous.

Dieu n’a pas besoin d’électricité, ni d’ampoule pour illuminer une vie puisqu’Il est la lumière. Il suffit de lui demander de se faire connaître.

Dans ce genre de vie à l’aveuglette, l’apôtre Paul a été éclairé par le Seigneur Jésus.
Resté aveugle 3 jours, il racontait que le soleil était pâle à côté de la gloire du Christ.

Puis Dieu l’a rétabli dans toute sa santé et l’a envoyé apporter le bonheur à tous ceux qu’il côtoyait.

Le chemin de Paul n’est pas le vôtre, mais chacun à son niveau peut apporter autant que cet homme de Dieu.

Le désirez-vous ?

Que vous répondiez oui ou non, vous ne changerez jamais le fait que Dieu vous aime. Et son seul désir est de vous combler.