Le rationnel et la foi

Depuis le philosophe Descartes, nous aimons mettre en avant notre rationalité. Ce qualificatif positif et flatteur, ne marque-t-il pas en réalité quelque chose qui manque un peu de logique ?

Considérons le temps que nous consacrons à l’entretien de notre corps : il y a la douche ou au minimum la toilette du matin, le petit-déjeuner, le déjeuner, le dîner, la douche ou la toilette du soir, ….tout cela nous prends bien 1 heure, parfois le double ou plus. Que dire alors, quand on y ajoute le sport, une ou plusieurs fois par semaine.

Or, nous savons bien que ce corps qui nous prend tant de temps est fragile.
Oui, personne n’échappe à la maladie, à la douleur, et quand cela arrive, il nous prend encore plus de temps pour le soigner. Et même si nous sommes en bonne santé, notre corps finira par retourner à la poussière, même après cent ans pour les plus résistants.

Vous vous demandez où je veux en venir ?
Simplement à la santé dont nous avons tous besoin.

Nous ne sommes pas que chair, tout notre être, l’esprit, l’âme comme le corps, doit être conservé dans la pureté (cp 1Thess 5/23 (PVV)), car, bien différents des animaux, nous sommes l’image de Dieu (Ge 1/26).

Vous dire que vous ressemblez à Dieu vous surprend ?
Cette ressemblance n’est pas physique, c’est spirituellement que nous sommes immortels comme Lui. Dieu ne ment pas et si ce n’était pas le cas, il ne serait pas question de ressemblance avec le Créateur.

Revenons à notre petit quotidien : Combien de temps l’homme consacre-t-il à son âme ?

C’est très variable, mais nous pouvons dire sans exagérer que le temps dédié à ce corps fragile est largement supérieur à celui qui est consacré à l’âme pourtant immortelle.

Est-ce bien logique de consacrer beaucoup plus de temps à ce corps mortel qu’à cette âme immortelle ? D’un point de vue strictement rationnel, ce comportement n’est-il pas un peu… irrationnel ?

C’est vrai que l’homme n’est pas toujours très cartésien, pourtant avec un peu plus de bon sens, n’est-il pas bénéfique de chercher à faire du bien à son âme ?

C’est par la foi qu’on accède à la grâce de Dieu (Ro 5/2). Or la foi, c’est l’assurance des choses qu’on espère, la démonstration de celles qu’on ne voit pas (Héb 11/1).

Dieu lui-même a préparé pour chacun un avenir où ce qui est mortel est absorbé par la vie, Sa vie (cp. 2Cor 5/4-5).
Dieu ne fait pas de favoritisme, s’Il nous a donné cette vie, Il veut aussi le faire pour vous.
Et si nous bénéficions déjà des grâces de Dieu, c’est simplement parce que nous avons cru en la valeur du sacrifice de Jésus-Christ, Dieu fait homme, mort sur une croix il y a 2000 ans pour racheter les fautes de tous les hommes de tous les temps.
Ce message très simple est à la portée de tous, car Dieu veut que tous les hommes soient sauvés (1Tim 2/4).
Cette foi transformera votre vie.
Et vous verrez que laisser Christ s’occuper personnellement de toutes les dimensions de votre personne a des conséquences merveilleuses qui jailliront jusque dans la vie éternelle.
Prenez soin de vous, mais permettez à Christ de vous aider !