Une belle vie

Même si peu connaissent Dieu, beaucoup, au fond d’eux-mêmes, discernent qu’Il existe. Certes, ce n’est souvent qu’une conviction, mais elle est bien réelle. Même si les préoccupations de la vie relaient au second rang le besoin de chacun de connaître le Créateur.
Malgré la présence du Christ Jésus à leurs côtés, les disciples ont aussi eu ce genre de réaction. C’est pourquoi, alors qu’ils suivaient le Seigneur dans une barque et qu’ils étaient secoués par une violente tempête, ils furent étonnés de Le voir intervenir de manière miraculeuse.
C’est le type de comportement assez habituel que l’on rencontre toujours : on essaie de faire les choses au mieux et on se retrouve dans un situation très délicate sans réellement voir d’issue. Alors, là, dans la détresse, on en appelle à Dieu.

Jésus monta dans la barque, et ses disciples le suivirent. Et voici, il s’éleva sur la mer une si grande tempête que la barque était couverte par les flots. Et lui, il dormait. Effrayés, les disciples s’étant approchés le réveillèrent, et dirent: Seigneur, sauve-nous, nous périssons ! (Mt 8/23-25). Et c’est à la sincérité de ce cri que Christ a agi.

C’est trop simple, pensez-vous !
Comme vous, ils connaissaient mal Jésus. Mais certains ont du ravalé leur orgueil, sur les 12 disciples au moins 4 étaient des marins chevronnés. Réaliser qu’on ne peut rien sans Lui est la base d’une relation saine avec Dieu.

Votre vie, vous savez la diriger. Vous avez de l’expérience, comme ces marins qu’étaient Pierre, André, Jacques et Jean, mais quand les flots se sont déchaînés et que la situation devenait catastrophique, ils ont bien du reconnaître qu’ils avaient besoin d’aide.

Oui, Jésus dormait dans cette barque.
Le voulait-Il ?
Je ne crois pas, et cette histoire comme mon expérience chrétienne montre que Dieu est toujours prêt à nous écouter. D’ailleurs, autant Il dormait malgré l’eau qui entrait dans la barque, autant c’est immédiatement que Christ est intervenu.

L’esquif c’est votre vie. Vous en avez les commandes, voile et gouvernail. Mais comme dans tout bateau il n’y a pas de frein, les choses vont toujours de l’avant, comme le temps qui passe.
Par temps clair, on va où l’on veut un peu comme l’on veut, mais quand ça se gâte, on s’aperçoit qu’on ne dirige pas grand-chose.

La raison est simple, comme les apôtres dans cette barque, nous nous fions à ce que nous voyons, or l’univers a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles (Hé 11/3). Christ est la Parole de Dieu. Il suffit de Le mettre aux commandes pour que toute situation s’assainisse.
Certes, vivre sans Dieu ou désobéir à Dieu a des conséquences, mais Il est souverain pour panser les plaies et rétablir ce qui est bon pour vous.

Les disciples ont été étonnés de voir les éléments se calmer à la voix du Maître, mais, ils ont continué à Le suivre. Ce que les écrits et la tradition nous rapportent de leurs vies, n’est pas toujours rose, mais la joie que partage, entre autres, l’apôtre Jean à la fin de sa vie (cf. Ap 1/3-6) témoigne de la bonté de Dieu envers tous ceux qui se confient en Lui.

Qui maîtrise sa vie ?…
En appeler à Dieu, est de la sagesse à condition que, comme les disciples, vous manifestiez la volonté de suivre Jésus. Car Dieu n’a rien à voir avec une curiosité inutile.

Comment… ? Simplement en priant, et en Lui demandant de vous sortir d’affaire.

Pour leur plus grand bonheur, beaucoup l’ont fait avant vous, n’hésitez pas