Miroir, dis-moi…

Un missionnaire rapportait que dans un village reculé, il présenta un miroir à une vieille femme. Dès que cette dernière vit son image, elle se retourna pour voir qui se trouvait derrière elle. Bien que logique, de nos jours, cette réaction est amusante.

Mais dans certains domaines, ne sommes nous pas un peu comme cette femme, n’allons nous pas chercher ailleurs ce qui nous concerne ?

La Bible nous met en garde contre cette tendance que nous avons tous.

Car quand Jésus annonce qu’Il n’est pas venu appeler des justes, mais des pécheurs (Mt 9/13), un peu plus loin elle dit aussi que tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu.

Apparemment, la contradiction est grande, mais dans les faits, il n’y en a pas.

La Bible est ainsi faite : chercher à la comprendre avec notre propre intelligence conduit au mieux à apprécier un livre historique ; par contre l’accepter comme Parole de Dieu et l’aborder en tant que telle, permet à Dieu, simplement, mais de manière surnaturelle de nous en faire saisir toute la perfection.

Jésus, au cours de son ministère terrestre s’est souvent trouvé confronté à des hommes fiers de leurs privilèges et de leurs actes, bref, orgueilleux. Il a essayé d’en enseigner certains ou de les faire réagir sur l’état de cœur, mais presque toujours en vain.

Le Seigneur ne pouvait pointer du doigt ces hommes parce que, d’une part l’accusateur c’est le diable et d’autre part sa mission était de s’offrir sur la croix pour sauver tous ceux qui placeraient leur foi en Lui.

Ainsi, Il s’est contenté d’annoncer que tous les pécheurs ont besoin de Lui.

Ensuite, à chacun de s’ausculter. Car comme un malade a besoin du médecin, seul celui qui veut réaliser sa condition devant la sainteté de Dieu, pourra s’apercevoir de son besoin de purification en Jésus-Christ.

Analyser chez les autres est toujours facile, mais envers soi,… !

On se retrouve alors dans la situation comique de cette dame qui se retourne pour voir qui est dans le miroir.

Si Dieu ne nous accuse pas, au travers de sa Parole, Il cherche à nous mettre devant notre condition d’homme face à Sa perfection.

Chacun demeure libre de voir ou de nier,
Néanmoins, Il est là et Sa parole est éternelle.

Un jour, deux hommes qui venaient d’entendre le message de l’Evangile, se mirent à prier. Au bout de quelques instants, le premier se releva dans la joie et la paix que le Seigneur venait de lui communiquer par Son Esprit.

Lorsque le second se tint debout, il ne comprenait pas et demanda au premier ce qui s’était passé.

Avec son langage imagé, le premier expliqua :
« lorsque Dieu m’a proposé un habit neuf, j’ai regardé le mien, vu son état et n’ai pas hésité à me changer entièrement pour être vêtu par le Seigneur.

Par contre, continua-t-il, vous avez sûrement regardé votre habit et considéré qu’il n’était pas si usé ou pas si mal que ça.

Vous n’avez pas voulu de ce que Dieu vous proposait, Il s’est tenu à l’écart… »

Si nous passons notre temps à nous comparer aux autres, soit nous trouverons toujours pire, soit nous aurons toujours de superbes arguments.

Et c’est là qu’est l’erreur !

Puisque rien de ce qui est impur ne pourra entrer au paradis, le seul digne de comparaison est :
DIEU

Comment faire ?

Il suffit soit de Lui demander qu’Il se manifeste dans votre vie, soit de plonger vos regards dans la Bible et de la lire en Lui demandant Son aide et Ses explications.

Parce qu’ils ont été sincères, par Son Esprit et par Sa parole, Dieu a pu changer de nombreuses vies en y apportant le bonheur.

Pourquoi pas vous ?