Petite chose si grande !

Dans ce qui nous entoure, nous prêtons souvent attention à certaines choses importantes et en négligeons certaines autres apparemment plus négligeables.

En faisant un peu attention on peut s’apercevoir que notre vie dépend beaucoup de ces petites choses, que l’on refuse même parfois de voir ou de considérer.

Dans son époque, le peuple de Dieu vivait sa vie et cherchait à la fois à vivre correctement et à se préserver. Dans ces circonstances, des combats étaient menés, mais un jour l’ennemi mis en avant un géant.

Malgré sa stature, qu’aurait pu faire un Goliath face à une armée nombreuse ? …
Pourtant, à lui seul, il a stoppé tout un peuple.

Cet ennemi monumental est un peu le symbole de ce qui nous empêche d’avancer, de ce qui est effrayant.
Cependant, devant les besoins des siens, le Seigneur agit toujours. Et la délivrance est venue de ce qui était le plus négligeable : un galet.

Ce caillou qui tua le géant, n’a pas été pris au hasard, il était parfaitement poli. Poli par la rivière, c’est-à-dire roulé et battu dans un sens, puis dans un autre, inlassablement, jusqu’à ce que les angles ne soient plus saillants, jusqu’à ce que les arêtes s’arrondissent pour favoriser la précision du lancer.

C’est ainsi, qu’au nom de Dieu, David ficha son seul lancer dans le front de Goliath qui s’effondra, terrassé.

Des pierres polies, nous en avons tous pris et lancé. Pourtant, celle qui anéantit le géant est unique. David la choisit avec soin pour ne pas rater son coup, comme Dieu a choisi et envoyé son Fils unique pour accomplir Ses plans parfaits.

Oui, Jésus a vaincu le diable et tout ce qui nous effraie. Cette victoire, Il l’a acquise en obéissant, … pour être élevé à la perfection, et sauver ceux qui désirent se confier en Lui (Hé 5/7-9).

A l’image des pierres qui restaient dans la gibecière du jeune homme, Dieu vous tient.

Que désirez-vous être, des pierres qui ne verront pas le jour et resteront là, comme oubliées ou des pierres qui apporteront délivrance, paix et joie ?

Vous êtes libre de choisir !

Mais dans le premier cas vous refusez une offre personnelle de Dieu, dans le second vous acceptez la proposition que Dieu vous fait. « Je verrai ça plus tard ! » se disent les partisans d’une alternative.

Mais là, il n’y en a pas !

Qui aurait pensé que Goliath soit tué ce jour-là par un frêle jeune homme ?
Qui sait ce qui nous arrivera et où nous serons demain ?

« A chaque jour suffit sa peine » dira le Christ, après avoir annoncé : « Ne vous inquiétez donc point, … vous avez au ciel un Père qui sait bien tout ce dont vous avez besoin. Préoccupez-vous donc en premier lieu du Règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux, alors tout le reste vous sera donné par-dessus le marché. » (Mt 6/31-33).

Ne méprisez pas la main que Dieu vous tend !

Acceptez-là !

C’est pour vous qu’Il est mort et ressuscité.

Regardez, écoutez, lisez, la Bible et le merveilleux message de l’Evangile !

Ecrivez-nous même, si vous le désirez, mais, parce qu’Il vous aime, ne restez pas indifférent !