Petites passions

C’est l’été et avec lui, sont mises en avant toutes les activités qu’on n’a pas le temps de faire pendant l’année.

S’il est agréable de se détendre et de se faire plaisir c’est parfois aussi un des rares moments de l’année où on peut mettre ce temps à part.

Contrairement à ces activités pratiquées de manière épisodiques, certains sont des passionnés.
La passion du sport est largement encouragée, tant comme pratiquant que comme spectateur, mais l’homme se passionne pour une multitude de choses.

Est-ce bien d’être passionné ?

Oui et non, tout dépend du niveau.
S’intéresser à un ou plusieurs choses est bien tant que cela ne crée pas une sur-attention particulière. C’est pourquoi, être passionné est différent de bien aimer quelque chose ou d’avoir un centre d’intérêt, mais la frontière est parfois mince.

Dieu n’aime pas les passions.

Les raisons sont simples : les passions rendent esclave celui qui les a.

On comprend facilement les choses si ce sont des passions pour la cigarette, l’alcool ou la drogue, mais lorsque cela touche sa pratique sportive, ce que tout le monde fait ou ce qui nous plait, on est souvent moins d’accord.

Pourtant une passion fait du mal.

La Bible nous raconte l’histoire d’un homme qui a vécu pleinement ses passions.
Samson les vécut jusqu’à la mort.

Contrairement à ce que beaucoup croient, sa force n’était pas pour lui une passion car elle était un don de Dieu.

La faiblesse de Samson, c’était les femmes, oui, Samson avait une grande passion pour les femmes.

Amorcé par le désir et accroché par la séduction, il désobéit à Dieu et aux siens. Cette passion le poussa jusqu’à un point de non retour.

Même en ne s’y adonnant que lors de ses temps libres, le mal se faisait et s’en sortir devenait de plus en plus incertain et douloureux.
Le résultat fut que lentement, inexorablement, il fut entraîné sans réaliser que sa force lui avait été enlevée.

La force physique de Samson peut être l’image de l’autorité qui se perd. Jeune ou plus âgé, parent ou enfant, perdre sa crédibilité est dramatique.

Ainsi si Samson commença par une cécité provoquée par ses passions, par les femmes, ces hommes le rendirent définitivement aveugle.

Samson ne s’aperçut pas qu’il avait changé, lorsqu’il le comprit c’était trop tard et on s’apprêtait à lui crever les yeux.

Comme Samson, être amorcé rend difficile et douloureux le renoncement ; la volonté propre ne suffit généralement pas, surtout devant notre faiblesse ou la pression des autres. Mais, tôt ou tard, dans les domaines physique, financier, familial ou professionnel l’addition présentée peut être lourde.

Les ennemis de Samson n’avaient pas compris que Dieu peut tout, même restauré une communication interrompue.

Samson conscient de son péché et de ses erreurs se repentit devant Dieu.

Parce qu’il ne voulait plus gâcher sa vie, le Seigneur le rétablit dans toute sa force. Oui, le Seigneur est capable de vous donner une puissance capable de ruiner la force et la pression de vos passions.

Par la loi, Samson est mort à cause de son péché. Par la grâce de Dieu, Christ veut que les aveugles voient.

N’hésitez pas, demandez au Seigneur, il est vrai que l’homme est capable de s’accoutumer et de vivre avec ce qui est tordu, mais Dieu peut le redresser.

Dieu n’aime pas que l’homme vive dans la frustration.

Vous avez été créé libre, Christ veut vous rendre cette liberté, car si le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres (Jn 8/36).