Quel est votre guide ?

Les informations que nous recevons ne sont guères enthousiasmantes. Les élections qui approchent semblent très indécises avec des citoyens qui ont du mal à faire confiance tant ils ont été déçus. De là, le passé reparaît avec nostalgie dans le cœur de certains. Et lorsque les aînés reviennent sur hier, les jeunes lèvent les yeux au ciel en se focalisant sur aujourd’hui, pour ne pas penser à demain.

Combien croise-t-on de jeunes qui semblent tout avoir, mais qui sont tristes ?
Certes la vie n’est pas facile, mais l’insouciance de la jeunesse, ne doit-elle pas traduire une certaine confiance en l’avenir ?

Même si elles nous apparaissent grandes, ces difficultés ne sont pas nouvelles. Déjà, quelques 700 ans avant Jésus-Christ, Dieu annonçait ces dérives au milieu d’Israël. Ce qui arriva au niveau du peuple de Dieu, n’est qu’une préfiguration de ce qui va survenir pour l’humanité. Ainsi, par Michée, Dieu disait que dans le pays…, plus personne n’y est honnête… Ils sont maîtres dans l’art de faire le mal. Les chefs et les juges exigent des cadeaux, les hommes influents disent bien haut leurs désirs, et tous intriguent ensemble… Déjà, vous vivez dans l’angoisse ! » (Mi 7/2-4).

On pourrait trouver bien des raisons à cette évolution des choses, mais elles se résument toutes dans cette annonce : Maudit soit l’homme qui compte sur des hommes et qui fait des moyens humains la source de sa force, et Dieu précise, qui détourne son coeur de l’Eternel (Jér 17/5).

Par sa puissance, Dieu a créé le monde de manière équilibrée. Lui seul peut permettre que les changements soient anodins. Or toute action a des conséquences.
Ce que je peux faire n’est qu’une goutte d’eau, dit-on.

Oui, mais même au milieu d’un océan, une seule goutte d’eau en change le niveau et en modifie quelque chose.
Il est hors de question de rejeter qui que ce soit, de critiquer les découvertes scientifiques ou autres changements, par contre il est intéressant de se rappeler que Dieu veut être bon pour tous : « …Moi, l’Eternel, ton Dieu, je t’instruis pour ton bien, je te conduis dans la voie que tu dois suivre. Oh ! si tu étais attentif à mes commandements ! Ton bien-être serait comme un fleuve, et ton bonheur comme les flots de la mer » (Es 48/17/18).
Mais l’homme désire-t-il être guidé dans ce qui est bon ?

On peut raisonnablement émettre des réserves. A ce propos, la Bible nous raconte l’histoire d’un homme qui connaissait Dieu mais qui préférait satisfaire ses propres intérêts. Balaam demanda à l’Eternel Son avis avant d’agir contre Israël. Comme le Seigneur lui signifia de ne rien faire, Balaam insista. Parce qu’Il voyait bien que cet homme ne voulait pas suivre la bonne voie, Dieu le laissa aller. Ainsi plus tard, près du pouvoir, au milieu des rois, Balaam mourut sur ordre de Dieu.

La nature humaine ne permet pas de vivre à la fois pour l’homme et pour Dieu. Un choix est nécessaire.
Vivre pour Dieu est trop dur, pensez-vous !
C’est vrai, et Ses exigences ne nous sont pas accessibles. Cependant par l’œuvre de Christ, chaque jour Dieu veut vous faire connaître Sa bonté, Son amour et Sa puissance pour conduire votre vie afin que des fleuves d’eau vive jaillissent de votre cœur jusque dans la vie éternelle.

La vie que Dieu veut pour vous, est faite de miracles.
Naître à cette vérité est un privilège incomparable. Bien sûr, les choses ne sont pas toujours faciles, mais lorsque votre guide ne déçoit pas, ne se trompe jamais et veille sans se lasser, …
N’est-ce pas dans ces conditions qu’une vie peut s’épanouir ?