Question de priorité

La Bible est un merveilleux livre parlant de l’amour de Dieu pour Sa création : l’homme.

Mais parfois, la compréhension de certains passages n’est pas de prime abord, évidente.

Prenons un verset qui parle non seulement d’amour, mais aussi de préférence :
« Si quelqu’un vient à moi, sans me préférer à son père, à sa mère, à sa femme, à ses enfants, à ses frères, et à ses soeurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. » (Luc 14/26).

Après avoir passé une bonne journée, un enfant en rentrant à la maison, demande à son père :

« Papa, est-ce que tu m’aimes plus que ce que tu aimes Dieu ? »

Tout en marchant tranquillement, le père répond :
« Ecoute, ce n’est pas comme ça qu’il faut poser la question :
Dieu seul possède tout, est capable de tout et sait tout.

Si je t’aime vraiment, la seule chose que je puisse faire pour toi, n’est ce pas de m’attacher au Seigneur pour qu’avec Lui je puisse veiller comme il faut sur toi et te rendre heureux ? ».

C’est dans cette optique que Jésus entend bénir la vie de cette famille.

Comme ce père, vos priorités sont-elles les bonnes ?
Concordent-elles avec celles de Dieu, ou sont-elles un peu différentes ?

Placées face à la Parole de Dieu l’homme réalise que ses pensées sont rarement celles du Créateur, même si elles paraissent bonnes et pleines d’amour.

Dans ce registre, l’apôtre Pierre, avant d’être baptisé du Saint-Esprit, nous donne un précieux exemple lorsque plein de bons sentiments, il voulut empêcher Jésus de se livrer, le Seigneur répondit :
« Arrière de moi, Satan ! Car tu ne conçois pas les choses de Dieu, tu n’as que des pensées humaines » (Mc 8/33).

Ainsi, nos pensées et nos bons sentiments humains ne suffisent pas pour faire correctement ce que Dieu demande.

Il faut plus.

Simplement parce que notre Seigneur considère votre bonheur, celui des vôtres ainsi que ceux que vous ne connaissez pas encore.

Avant d’être repris sèchement par Jésus, Pierre considérait-il que Dieu accomplirait des miracles en grands nombres à travers lui ?

Voyaient-ils toutes les bénédictions apportées en proclamant l’Evangile ?
Aurait-il pensé voir un mort ressusciter après avoir prié ?…

Je crois que Pierre, désireux de bien faire, ne voyait pas plus loin que l’instant présent, alors que Dieu voyait en Pierre celui qui, à la Pentecôte, serait le premier à prêcher sous la puissance du Saint-Esprit…

Par la suite, bien que précurseur, Pierre n’a pas renoncé aux siens et à ses responsabilités. Puisque lors de ses déplacements, pour visiter les églises, pour parler de l’Evangile, pour guérir et apporter l’amour de Dieu, il les faisait avec son épouse (1Cor 9/5).

S’était-il éloigné des voies de Dieu ?

NON, il avait simplement compris qu’il devait servir en premier le Seigneur, en faire une priorité, car seulement là, le Seigneur pourra bénir, donner sa vision des choses et permettre ainsi à son foyer de s’épanouir.

Ce papa a fait un choix qui relève de sa responsabilité.

Vous êtes aussi libre que lui, choisirez-vous de donner la priorité à Jésus dans votre vie ou voulez-vous continuer à gérer les choses à l’instant ?

Si maintenant votre choix est de suivre le Seigneur, je crois que c’est le bon.

Mais sachez que vous ne pouvez pas Lui mentir.

S’Il connaît chacune de vos pensées c’est pour votre bien et pour mieux agir en vous et au travers de vous.

Dieu savait que Pierre allait trébucher, mais parce qu’il est resté ferme dans ses priorités, dans sa volonté de placer Jésus en premier, non seulement le Seigneur l’a gardé et l’a bénit, mais en plus, alors qu’il était très affligé après L’avoir trahi, le Christ ressuscité est venu le voir personnellement avant de se montrer aux autres apôtres (1Cor 15/5).

Peu importe vos qualités et vos défauts, comme pour lui Jésus est capable d’agir spécialement pour vous !