Qui est le roi ?

Que ce soit au début de l’année, à la St Valentin qui vient de passer ou à une occasion quelconque, nous avons tous, un jour ou l’autre, pris de bonnes résolutions. Ont-elles été tenues… ?
Ce genre d’occasion, nous révèle assez rapidement que nous avons des faiblesses. Certes, nous avons aussi des circonstances atténuantes, mais ne sont-elles pas plutôt des excuses… ?
Après avoir voulu mourir pour Jésus, ses disciples s’endormaient quand il fallait juste prendre un peu de temps pour prier. Ils étaient des hommes comme nous, forts dans certains domaines et faibles dans d’autres. Face à ce constat, Jésus nous fait remarquer que l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible (Mt 26/41).

C’est dur de réaliser notre faiblesse.
Bercé dans un monde fondé sur le matérialisme et la science, où l’homme nous est présenté comme bon et porteur d’espérance, il est délicat de prendre conscience de ses propres faillites. On se sent imméritant, différent des autres, simplement parce qu’on n’arrive pas à croire que l’homme est ainsi.
La Bible nous donne une image de cet état de fait.

Dieu a toujours manifesté son amour envers les hommes. Pour cela, Il a établi un plan en commençant par révéler ce qu’il faut faire pour être saint et être sauvé, c’est la loi donnée par Moïse. Ils n’y sont pas arrivés et par leur chute, en Jésus-Christ le salut est devenu accessible à tous (Ro 11/11).

Erudit, Ponce Pilate ne se trompa pas quand il demanda au Christ s’il était le roi des juifs. Ses craintes concernaient plus une révolte quelconque que quelque chose de spirituel. Il fut rassuré quand Jésus répondit : Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne sois pas livré aux Juifs; mais maintenant mon royaume n’est point d’ici-bas (Jn 18/36). Là, Pilate comprit que Jésus est roi (cf. Jn 18/37).
Mais c’étaient par les juifs que le Christ devait être rejeté. Et c’est affublé d’un déguisement dégradant de roi que Pilate présenta le Seigneur aux hébreux. Fraîchement fouetté, c’est avec une réelle volonté d’humiliation que Jésus sortit.
Quelle image voulait-on donner du Fils de Dieu ?

Peu différente de ce qu’il se passe aujourd’hui.
Ponce Pilate c’est le monde qui présente Christ en disant que c’est bien, que ça ne fait pas de mal de croire ou que c’est pour les faibles, bref qui ne veut rien d’autre que préserver ses acquis bien ancrés sur des choses périssables.
Les juifs nous représentent ; c’est chacun d’entre nous, en commençant par nos décideurs.

Comment voyez-vous le Fils de Dieu : risible ou glorieux ?
La première manière de voir le Seigneur est charnelle, la seconde spirituelle. Il n’y a rien de compliqué soit vous vivez selon la chair, soit vous vivez selon l’Esprit. Or, si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez (Ro 8/13).
Cela n’est possible qu’en Jésus Christ, à condition que vous demandiez à Dieu de Se révéler dans votre vie. Ce que Dieu veut vous faire vivre est bon et bien réel.

Lorsque vous montez dans une voiture, vous demandez-vous combien de personnes meurent chaque jour dans des accidents automobiles. Pourtant vous avez confiance, est-ce bien raisonnable ? Objectivement, c’est bizarre. Pourquoi, alors se méfier de Celui qui ne veut que donner la vie éternelle.

En agissant ainsi jusqu’à la mort rédemptrice de Christ, Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire au néant celles qui sont, afin que personne ne se glorifie devant Lui (1Cor 1/28-29).
Vous avez fondé votre vie sur la sagesse humaine, ayez le courage de l’établir désormais sur la puissance de Dieu (1Cor 2/5).
Parce qu’Il règne Christ peut agir dans votre vie. Demandez-Lui !