Un oiseau particulier

D’un gabarit légèrement plus grand que l’hirondelle, le martinet est souvent confondu avec elle et malgré son ventre presque noir, ils se distinguent peu.

Cependant ceux que nous voyons virevolter à des allures vertigineuses au ras du sol, des murs ou des toits, en quête des insectes dont ils se nourrissent, sont les martinets.

Son arrivée indique le début des beaux jours et son départ souligne l’arrivée de l’hiver. En plus de cela, notre oiseau est très spécial : il ne se pose jamais, sauf le temps de la couvée.

Notre étrange volatile a la particularité de pouvoir se reposer en volant, ce qui lui permet de ne pas se poser pendant sa sieste.

En effet, le martinet, pour se reposer, ne fait dormir qu’une partie de son cerveau. Alors, sa vivacité est altérée et des chocs avec des avions ne sont pas rares à plusieurs milliers de mètres de hauteur.

Ainsi, toujours en l’air, il vole environ 500 Km par jour et peut même être croisé par des avions à quelques 3000 m d’altitude où il monte pour se reposer.

Ce petit oiseau passe inaperçu, pourtant, son zèle et son appétit pour les insectes nous évitent bien des désagréments.

L’’homme ne s’aperçoit pas non plus que Dieu ne sommeille ni ne dort et peut être à la fois là, près de lui, comme dominant les cieux.

Un jour, David réalisa cette omniprésence de Dieu et dit :
quand je suis assis et quand je me lève, tu le sais. De loin, tu discernes tout ce que je pense.
Tu sais quand je marche et quand je me couche, et tous mes chemins te sont familiers. Si je monte au ciel tu es là, et si je descends au séjour des morts, t’y voilà ! Et si j’empruntais les ailes de l’aube pour me réfugier aux confins des mers, là aussi ta main me dirigerait, ton bras droit me tiendrait (Ps 139/2…10).

Oui, rien n’échappe ni à la présence ni au regard de Dieu.

« C’est effrayant d’être toujours épié ! » diront certains.

Je crois que ça dépend si on a des choses à cacher ou non, et j’avancerai même que c’est plutôt rassurant.

En effet, n’est-ce pas rassurant de savoir que Celui qui ne me veut que du bien, veille et se tient prêt à intervenir pour mon bonheur ?

N’ayant pas compris cette connaissance que Dieu a de chacun, un homme têtu eut l’idée de s’enfuir afin d’échapper à une tâche qui ne lui plaisait pas.

Jonas prit un bateau pour fuir loin du Seigneur. Par amour, Dieu le laissa faire, mais pour cette même raison, Il se chargea aussi de lui montrer l’inconséquence du choix de la désobéissance.

C’est ainsi que Jonas passa 3 jours dans le ventre d’un poisson, saisi par de terribles angoisses.

Oui, Jonas a accepté ce que lui demandait le Seigneur, non par contrainte, mais simplement parce que Dieu lui avait permis de réaliser l’angoisse d’une vie et d’une éternité loin de Lui.

Témoin quotidien de vos actes et de vos pensées, votre Créateur n’aspire qu’à vous bénir.

Bénéficier de Ses grâces dépend de votre volonté et de vos désirs profonds.

Si c’est difficile à concevoir, les choses sont simples :
Dieu nous a créé par amour et c’est toujours à cause de l’intensité de cet amour que Son Fils, le Christ Jésus, a accepté de subir la croix.

Comme personne ne peut acheter ou mériter ne serait-ce qu’une goutte de sang versé par Christ au calvaire, c’est gratuitement que Dieu a décidé de vous faire du bien en prenant soi de vous et en vous donnant Sa paix.

Comme Jonas, vous pouvez essayer d’ignorer les choses aujourd’hui, mais demain… !

Dieu sait qui vous êtes, ce que vous faites et ce qu’il vous faut !

Ce choix est personnel, nul ne peut le faire à votre place.

Dans Sa bonté, Dieu conseille ceux qui veulent entendre : « Je mets devant toi la vie et le bonheur, la mort et le malheur … choisis la vie afin que tu vives… ! » (De 30/15…19)