Une rencontre inattendue

Désarçonné par le Christ glorieux lui apparaissant, Saul de Tarse s’écria  « Que veux-tu que je fasse ? » (Ac 9/6). La réponse de Dieu fut en quelque sorte : va à la ville voisine et attend !
Quelle angoisse pour tout homme de demeurer ainsi aveuglé en un instant. Mais, celui qui deviendra l’apôtre Paul, s’exécuta. Il recouvrit la vue et devint un instrument puissant de bénédiction entre les mains de Dieu.

Sa manière d’interpeller Dieu était juste. En effet, tout en manifestant sa volonté de suivre le Dieu Tout Puissant, il se soumettait totalement.
Par contre face à Dieu, d’autres juifs n’ont pas eu une réaction aussi adéquate lorsqu’ils ont demandé : Que devons-nous faire, pour accomplir les oeuvres de Dieu ? (Jn 6/28)
Si par là ils peuvent faire du bien, qui cela satisfait-il, Dieu ou l’individu qui en s’activant occupe ses pensées et a l’impression de pouvoir s’acheter une conscience ?

Laquelle de ces deux questions auriez-vous posées ?
Celle sous-tendant votre soumission, ou celle révélant vos possibilités personnelles.

Comme ce chef de l’armée de Syrie, ils auraient aimé qu’on les envoie accomplir des choses extraordinaires pour Dieu. Mais rien ne peut satisfaire Celui qui a tout créé et à qui tout appartient.
C’est pourquoi, Jésus se contenta d’annoncer que l’oeuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé (Jn 6/29).

Ainsi, quand l’homme dit : je veux faire… ;
Dieu répond simplement : crois et fais-moi confiance !

Devant son armée, Naaman le Syrien dut se plonger 7 fois dans un fleuve boueux, le Jourdain. Atteint dans son orgueil, et bien que sceptique, il finit par se soumettre et fut guéri.
Dieu ne trompe personne !

A la fin du XIXème siècle, des étudiants voulaient une photo souvenir de leur professeur, un grand homme de science reconnu de tous. Sans aimer cet exercice ni les honneurs, le scientifique finit par accepter.
Ne voulant rien laisser au hasard, les étudiants organisent tous les rendez-vous et choisissent même un photographe de renom.
Honoré par une telle rencontre, notre professionnel s’affaire à tout préparer avec soin. Et notre photographe est bien occupé lorsqu’un homme petit engoncé dans son pardessus entre dans son local en disant qu’il venait pour une photo. Sans grand ménagement, le professionnel explique à ce client inopportun qu’il attend une personnalité importante et qu’il n’a pas le temps de s’occuper de quelqu’un d’autre. Gêné, notre petit homme repart en s’excusant de son arrivée impromptue.
Lorsque tout fut prêt, le photographe commença à attendre l’illustre personnage…
Il ne vint jamais, ou plutôt, il ne revint jamais. Humble, petit et réservé, le savant ne ressemblait en rien à l’idée que les gens s’en faisaient.

Comme ce chercheur, il y a environ 2000 ans, le Christ n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer les regards (Es 53/2), et son peuple ne l’a pas reconnu et n’a pas accepté la grâce de Dieu. Ce qui est arrivé doit servir d’exemple et, à l’instar de l’apôtre Paul certains l’ont reconnu, ont accepté Sa grâce pour leur salut et pour devenir des instruments de bénédiction entre les mains de Dieu.

Pour vous, que voulez-vous ?
Être de ceux qui veulent plaire à Dieu à leur manière ?
Comme Israël et comme ce photographe, vous avez toutes les chances de rater le Seigneur, Sa grâce et la vie éternelle.

Ou être de ceux qui acceptent de se soumettre au Créateur ?
Oui, prendre cette décision n’est pas simple, mais elle est la seule qui permette à Dieu de diriger votre vie pour que des fleuves d’eau vive jaillissent de votre cœur (Jn 7/38).

Son amour, Sa bonté, Sa fidélité et Sa toute puissance sont nos garants.
Ils peuvent devenir les vôtres
Lui permettrez-vous de prendre soin de votre vie, et de faire cette rencontre inoubliable ?