Une vie entre les mains

Quand on considère la vie, on voit bien que pas mal de nos concitoyens ont une certaine attirance pour le pouvoir. Certes, il y a le travail où c’est souvent synonyme d’amélioration professionnelle, mais cela atteint son paroxysme quand des affaires de séquestrations, de viols et d’abus en tout genre parviennent à nos oreilles.
Dans ces dernières situations, c’est la vie que le tortionnaire a entre ses mains. Et si pour ceux-là, il y a quelque chose d’inquiétant, presque toujours l’homme se trouve très embêté lorsqu’une vie dépend de ses choix. Néanmoins, tout en restant très équilibré, beaucoup de vies dépendent de nous. On peut commencer par la nôtre, pour considérer celles des membres de nos familles et de notre entourage. Réactions, déceptions, trahisons, choix,… sans rechercher le pouvoir, nous avons beaucoup de responsabilités.

Bien qu’ami de Dieu, Abraham, ne manifesta pas toujours un grand courage ni une admirable confiance en Celui qui veillait sur lui. Et, voyageant en terre promise, par crainte des hommes et de leur convoitise, il fit passer sa superbe épouse pour sa sœur.
C’est dans ces conditions que le roi de Guérar fit enlever Sarah afin de la prendre pour femme. Mais parce que Dieu prend soin des siens, Il frappa la maison du monarque et ne permit pas à Abimélec de la toucher (Ge 20/6). Mais le Seigneur plaça la vie de ce souverain et de famille entre les mains d’Abraham. Ce fut en pardonnant et par amour qu’Abraham pria le Créateur afin qu’Il guérisse cette maison.

Pour des raisons différentes, comme Abraham, Job se retrouva avec des vies entre ses mains. En effet, Job aimait Dieu, mais il était éprouvé dans tous les domaines de sa vie. Au lieu de le soutenir dans son malheur, ses amis l’ont culpabilisé et ont trahi les desseins de Dieu pour ses enfants. En effet, prétendre connaître Dieu en annonçant des inepties est grave. C’est pourquoi, le Seigneur intervint en manifestant son mécontentement, et Job aussi dut manifester tout son amour pour que ses amis ne soient pas traités selon leur folie (Job 42/8).

Dans tout ce qui lui est arrivé, Job a toujours parlé de Dieu avec droiture (Job 42/8). Bien qu’antérieur à Christ, Job vivait dans la foi en Son Sauveur, ainsi il bénéficiait de la même attention que nous pouvons tous avoir aujourd’hui. Oui, nous avons auprès du Fils de Dieu cette assurance que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, Il nous écoute. Et s’Il nous écoute, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée quelle qu’elle soit (1Jn 5/14-15).

Job et Abraham ont prié Dieu pour le bien des autres et ils ont été exaucés. Dieu n’a qu’un souhait faire accéder chacun au bonheur, or qui peut gérer correctement votre vie sinon Celui qui l’a créée ?

C’est vrai qu’avec Dieu nous n’avons pas la même vision des choses : Ses plans sont parfaits pour tous quand les nôtres sont limités à notre compréhension. Mais avec des millions de chrétiens, nous pouvons vous affirmer que Dieu agit avec une perfection qui nous dépasse largement.

Les prières d’Abraham et de Job étaient empreintes d’amour et de pardon. Nous ne sommes pas meilleurs que ces illustres hommes de Dieu, mais par l’œuvre de Jésus-Christ, nous pouvons paraitre juste devant Dieu.

Oui, Christ a pardonné nos péchés et, en tant que Dieu, Il veille sur les siens pour nous bénir.

Dieu ne désire pas tromper les siens, et, en vue de la gloire à venir, Il commence à nous en faire vivre les prémices.

Dieu veut aussi intervenir dans votre vie. Et si vous le désirez,… Il est prêt !